Al Green

Publié le par Chloé.N

Al Green : le révérend de la Soul

Sixième d’une fratrie de 10 enfants, Albert commence à chanter du gospel à l’âge de 9 ans avec ses frères. Le tout jeune groupe, les Greene Brothers sillonnent le pays.

A 16 ans, son père le surprend écouter Mr Excitement de Jackie Wilson, chanson que le paternel qualifie de musique du diable. Il punit son fils en lui interdisant de rechanter avec ses frères. Qu’importe ! L’adolescent forme avec ses copains de lycée, les Al Greene and The Soul Mates.

En 1967, ils sortent Back Up Train, qui se place à la 5ème place des meilleures ventes. Al se fait repéré par le producteur Willie Mitchell, qui le lance dans une carrière en solo. Il en profite pour enlever le “e” final de son patronyme.

En 2 ans, il sort 4 albums, dont le fameux Let’s Stay Together qui sera repris quelques années plus tard par Tina Turner.

Tout va bien pour Al, les albums se succèdent mais le 18 octobre 1974 va marquer un tournant dans sa carrière et même dans sa vie.

Alors qu’il s’apprête à prendre un bain, sa petite amie du moment, une fan mariée, mère de 3 enfants qui n’a pas encaissé que son idole ne veuille pas l’épouser, débarque dans la salle de bains avec une bassine de bouillie de maïs tout juste sortie du feu et lui déverse dessus.

Pendant qu’Al tente de se débarrasser de cette mixture qui lui brûle la peau, la jeune femme éconduite part dans une autre pièce et se tire une balle dans la tête.

Al est brûlé au 2ème degré sur plusieurs parties du corps.

Profondément choqué, Al y voit comme un signe du divin. Il se rapproche alors de la religion et se fait ordonner pasteur. Tous l’abandonnent face à ce changement radical : ses fans, son label et les ventes s’écroulent.

Al ne délaisse pas la musique pour autant. Il ne compose désormais que des albums de gospel qui lui rapportent quand même 8 Grammy Awards.

Il aura fallu attendre plus de 20 ans pour qu’Al Green renoue enfin avec la Soul et son ancien producteur, Willie Mitchell. Ensemble ils sortent le premier album non religieux d’Al, I Can’t Stop, suivit 2 ans plus tard par Everything’s Ok.

A 70 ans, le révérend Al Green continue à concilier Soul et bonne parole.

Al Green "Let's stay together" Live 2010

Publié dans Soul, Gospel, Biographie

Commenter cet article