Louis Armstrong

Publié le par Chloé.N

C'est le jour de la fête nationale de 1901 que le jeune Louis voit le jour à la Nouvelle-Orléans. Son père a quitté le foyer familial et quand sa mère se prostitue pour subvenir aux besoins de la famille, c'est donc à la grand-mère que revient la tâche d'élever ses petits-enfants. Pour aider cette dernière, Louis fait de petits boulots de vendeur.

Le soir, il traîne dans les bars où il écoute toutes sortes de musique. A 13 ans, Louis est placé en maison de correction pour petites délinquances.

Il aurait pu se frotter aux autres “détenus”, mais Louis se fait remarquer par le professeur de musique du centre, qui l'initie au chant et à divers instruments à vent. Un an plus tard, lorsqu'il recouvre la liberté, Louis prend un nouveau départ dans la vie.

Il joue partout où il peut pratiquer le cornet à pistons : orchestres, rues, bars, bateau sur le Mississippi,... même s'il ne sait pas (encore) lire les partitions, il improvise.

Le jour, le jeune Louis est charbonnier. La nuit, sans grande surprise, il fréquente les bars où il rencontre le percussionniste Black Benny et se lie d'amitié avec Joe “King” Oliver, un trompettiste très en vue de la Nouvelle-Orléans. Ce dernier le prend sous son aile et l'intègre dans son groupe, alors que lui-même le quitte pour tenter sa chance à Chicago.

En 1918, Louis se marie, mais le mariage ne dure pas. Louis prend en charge le fils de sa cousine, qui devient son fils adoptif, un jeune handicapé mental dû à une blessure à la tête.

Quatre ans plus tard, Joe “King” Oliver propose à son jeune protégé de le rejoindre à Chicago, l'endroit où il faut être, là où de nombreux jeunes artistes peuvent se produire. Ca n'enchante guère Louis de quitter sa Nouvelle-Orléans, mais il cède à l'appel de son mentor.

Non seulement, à Chicago, Louis connaît rapidement le succès, mais il y rencontre l'amour, en le personne de Lil Harding, la pianiste de son ami et qu'il épouse. Cette dernière incite son mari à prendre sa carrière en main, de ne plus être tributaire de qui que ce soit.

Louis part pour New York où il abandonne le cornet à pistons pour la trompette. Mais Madame n'est toujours pas satisfaite. Le couple repart pour Chicago où ils montent leur propre orchestre. Ironie du sort, alors que la carrière de Louis décolle, le couple finit par se séparer. Louis remplace son ex-femme au piano par Earl Hines. Ensemble, ils se produisent dans de nombreux clubs de New York et Chicago, tenue pour la majorité par la pègre d'Al Capone.

Alors que l'Amérique est touchée par la crise de 1929, Louis est en tournée en Europe où il teste sa popularité ainsi que celle du jazz hors de son pays.

A son retour, il se rend compte que son manager a très mal géré ses contrats avec la mafia. Un nouveau collaborateur le sort in extremis d'affaire, et c'est à ce moment que Louis se lance dans la chanson. Ses mains et ses lèvres ont beaucoup souffert de la pratique intensive de la trompette. Louis sort ses deux plus gros succès, Hello Dolly et What A Wonderful World (qui connaîtra un regain de succès outre-atlantique grâce à la sortie du film Good Morning Vietnam). Louis multiplie les collaborations, avec le saxophoniste Louis Jordan ; Duke Ellington ou avec Ella Fitzgerald, avec qui il travaille sur 3 albums.

A 63 ans, le célèbre trompettiste arrive à détrôner les Beatles dans les charts américains avec Hello Dolly.

Mais peu à peu la santé de Louis défaille. Il souffre du coeur et doit faire de nombreux séjours à l'hôpital. Il finit par s'éteindre dans son sommeil le 6 juillet 1971, à l'âge de 69 ans.

Si un jour vous avez l'occasion d'aller à New York, allez faire un tour dans le Queens pour visiter sa maison. Celle-ci restée à l'identique, est devenue un musée. Et ça vaut vraiment le coup d'oeil !

Louis Armstrong "What A Wonderful World" Live

Publié dans Jazz, Biographie

Commenter cet article